Archives mensuelles : mai 2015

La Citadelle épisode 3: une garnison militaire jusqu’en 1921…puis un collège

Suite aux travaux des XVII-XVIIIes siècle, la citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port devint un véritable ouvrage militaire capable de résister à une éventuelle attaque espagnole. Elle pouvaitt accueillir une garnison militaire de plus de 600 hommes.

Sa défense fut améliorée en 1793 et en 1813 par la construction de redoutes sur les hauteurs environnantes, dans le but de protéger ses différents accès. La citadelle devint alors le centre d’un vaste camp retranché. Elle fut directement impliquée dans les Guerres de la Révolution et de l’Empire en tant que pivot des opérations défensives et offensives de la France. A ce titre, elle subit un siège à partir du 16 février 1814 pour finalement rendre les armes le 30 avril 1814, soit 12 jours après l’armistice général.

img49

Sa capacité de résistance, permise notamment grâce au puits, à la citerne ou aux fours à pain est à souligner !

Saint-Jean-Pied-de-Port était une ville de garnison, et les soldats de la citadelle apportaient de l’animation à la cité. La vie y était rythmée par les exercices, l’arrivée des convois et les tâches quotidiennes. Dans la ville haute, chevaux et hommes grimpaient la pente raide qui mène à la citadelle. Artisans et commerçants vivaient des commandes de l’armée. Les soldats fréquentaient les bistrots et cafés de la ville et côtoyaient de près la population civile. Des amitiés naissaient et même des amours se nouèrent entre ces soldats et officiers venus des quatre coins de la France et des Saint-Jeannaises, entraînant un riche brassage culturel. Lire la suite