Itzal Aktiboa et l’Art au Féminin: interview de Josette Dacosta

Bonjour Josette Dacosta, pourriez-vous nous présenter rapidement votre parcours artistique ?

Je dessine et je peins depuis toute petite. C’est à partir des années 1980 que je me suis consacrée pleinement à la peinture. J’habitais Madrid et j’ai rencontré un professeur de peinture Teresa MUNIZ. J’ai beaucoup appris à ses côtés. Au gré des rencontres et des voyages, ma peinture s’est affirmée et aujourd’hui je peins essentiellement de l’abstrait.

Quels sont vos rapports avec le Pays Basque et Saint-Jean-Pied-de-Port ?

Durant mon enfance, je passais mes vacances au Pays Basque. Je venais notamment à Larceveau dans la maison familiale. J’ai toujours eu beaucoup de plaisir à venir au Pays Basque et notamment à Ostabat. J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce petit village. J’ai aimé peindre les rues, les maisons, les paysages… Dans les années 2000, j’ai décidé de m’installer professionnellement en tant qu’artiste-peintre. C’est à Saint-Jean-Pied-de-Port que j’ai ouvert ma galerie au 22 rue de la Citadelle. Saint-Jean-Pied-de-Port m’inspire beaucoup dans mes œuvres : les pierres de grès rose, les couleurs terre, ocre, rouge ou verte… Il règne une atmosphère propice à la création.

L'Art au Féminin X- EmazteArtea Garaziin

Cette année, le cycle d’exposition « L’Art au Féminin » en est à sa dixième édition. Comment est né ce cycle d’exposition ?

Avec d’autres artistes, j’ai été à l’initiative de cette création ainsi que celle de l’association Itzal Aktiboa pour promouvoir l’art contemporain. Lorsque je me suis installée à Saint-Jean-Pied-de-Port, j’ai fait la rencontre de beaucoup d’artistes hommes. J’ai rapidement voulu rencontrer des artistes femmes qui étaient plus dans l’ombre et dont le travail était moins reconnu. J’ai voulu les faire connaître et mettre un coup de projecteur sur leur travail. De là est née l’idée d’organiser un cycle d’exposition, rendez-vous que j’ai souhaité pérenniser. Je l’ai intitulé tout naturellement « L’Art au Féminin » et c’est en mars 2007 qu’a eu lieu la première édition. Le choix de la période n’est pas anodin car cela est une formidable occasion de célébrer la journée de la femme qui a lieu le 8 mars. Dès le départ, la commune de Saint-Jean-Pied-de-Port nous a aidé, en mettant, notamment à notre disposition leurs salles d’exposition, un local à la mairie et à la maison Laborde au 39 rue de la Citadelle en 2007. Pour cette dixième édition, ce sont la salle d’exposition de la mairie et également la salle d’honneur pour la conférence inaugurale qui ont été mises à notre disposition.

Combien d’artistes sont présentes cette année ?

La première édition a réuni 12 peintres. J’ai toujours recherché un équilibre entre les artistes d’Hegoalde et d’Iparralde. Pendant deux années consécutives, l’exposition « L’Art au Féminin » a eu lieu à Burguete et à Saint-Jean-Pied-de-Port et nous organisions des visites et des ateliers pour les enfants de Burguete et des villages environnants. Cette année 2016, ce sont 6 femmes qui exposent leurs créations à la salle d’exposition de la mairie et à la galerie du 22 rue de la Citadelle jusqu’au vendredi 25 mars. On essaie de suivre l’évolution de certaines artistes : c’est le cas notamment de Maïtxu JUANTORENA, Virginia SANTOZ ITOIZ et Celia ESLAVA SOTES. Cette année, il y a également trois nouvelles artistes qui exposent pour la première fois dans le cadre de « L’Art au Féminin » : Teresa SABATE, Lorentxa BEYRIE et Miren LAXAGUE.

Y-a-t-il des animations prévues dans le cadre de ce cycle d’exposition ?

Oui ! Tout un parcours artistique est prévu avec les enfants avec notamment un atelier et un jeu guide qui a lieu au 22 rue de la Citadelle. C’est une formidable occasion pour eux de découvrir l’art contemporain. Un parcours initiatique à l’art est prévu pour les enfants. Les ateliers que nous proposons accompagnent la découverte de l’exposition. Nous avons organisé également une conférence le vendredi 11 mars sur la contribution des femmes à l’art contemporain en Pays Basque. J’encourage tout le monde, amateur d’art, public averti ou néophyte à venir à Saint-Jean-Pied-de-Port pour découvrir ces peintures exposées à la mairie et à la galerie du 22 rue de la Citadelle.

Merci Josette Dacosta ! Un dernier mot pour conclure ?

Merci à vous de m’avoir permis de présenter l’Art au Féminin qui est une formidable occasion de faire pénétrer l’Art contemporain à l’intérieur du Pays Basque, en milieu rural. Pour conclure, l’art permet à l’être humain de se développer ; il l’aide à affronter la vie et à s’épanouir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*