Le projet BI NAVARRA (POCTEFA) pour Saint-Jean-Pied-de-Port

Quelques explications sur un projet Bi Navarra à Saint-Jean-Pied-de-Port. Ceci est justement un projet, un appel à candidature et nous n’avons aucune garantie qu’il soit retenu. Il y avait deux possibilités de communiquer et nous nous sommes interrogés: soit nous n’en parlions pas et attendions le « verdict » soit nous agissions en transparence en vous l’exposant quitte à vous annoncer dans quelques mois qu’il n’y aura pas de suite. Cette dernière façon de faire nous est vite apparue la plus adaptée.

Depuis le mois de juin 2015, la Commune de Saint-Jean-Pied-de-Port et l’Office du Tourisme avec la Communauté des Communes élabore avec la Collégiale de Ronceveaux, le Gouvernement de Navarre, les Communes de Valcarlos, Burguette et Erro un projet transfrontalier dans le cadre du programme opérationnel de coopération territoriale Espagne-France Andorre (POCTEFA).

©PierreCarton_Garazi_26_BD
Ce projet est développé dans le cadre d’un appel à projet européen et est en cours d’instruction par la Région, le Département et le comité de programmation POCTEFA. Réponse définitive prévue au printemps.

Ce projet de développement transfrontalier s’articule sur plusieurs axes :

  • Axe 1 :
    Développer des espaces scénographiques de qualité :
    Refonte et développement de la muséographie du Musée de la Collégiale Royale de Roncevaux.
    Création d’un nouvel espace scénographique sur l’histoire de la ville de Saint-Jean-Pied-de-Port à la « Prison des Evêques ».
  • Axe 2 :
    Renforcer les activités de pleine nature :
    Refonte du plan local de randonnée Garazi-Baigorri
    Création de sentiers de randonnée autour de la Collégiale de Roncevaux, sur la Commune de Valcarlos et de Erro.
  • Axe 3 :
    Valorisation des produits locaux :
    Création d’une foire biannuelle sur Roncevaux et sur Saint-Jean-Pied-de-Port pour la valorisation des produits locaux des deux versants des Pyrénées
  • Axe 4 :
    Renforcement de la promotion et de la commercialisation de produits touristiques sur le plan transfrontalier afin de développer les courts séjours

5 réflexions au sujet de « Le projet BI NAVARRA (POCTEFA) pour Saint-Jean-Pied-de-Port »

  1. Toujours sur l’axe 2:
    Il y a eu récemment une édition d’une carte Irati mapa touristikoa ( carte touristique) fort intéressante aux erreurs près ( ex Pellusegaine et Xardeka mal positionnés) mais qui couvrait le coté Aezkoa.
    Pourquoi ne pas éditer une nouvelle carte plus à l’Ouest qui montrerait les nouveaux PR sur Valcarlos, Roncevaux et le secteur d’ERRO ?

  2. sur l’ axe 2 :
    Refonte du plan local de randonnée Garazi-Baigorri :
    peut-on en savoir un peu plus ?

    Création de sentiers de randonnée autour de la Collégiale de Roncevaux, sur la Commune de Valcarlos et de Erro :
    baliser des sentiers et de nouveaux itinéraires c’est bien, mettre un ficher trace sur internet ( comme on peut en trouver sur iraty.org) , c’est bien. Mais ce serait un plus s’il y avait un topo guide en français de ces itinéraires et qui serait vendu dans nos offices de tourisme ( et réciproquement une version espagnole de notre topo-guide vendue dans les offices de tourisme de Navarre)

    et comme le soulève alain sahores, ne garder que les panneaux publicitaires nécessaires, éviter la pollution comme ce fut le cas au col de bentarte avec des panneaux 3 langues inutiles et polluant le site, éliminer les panneaux inutiles qui nous disent qu’on ne coupe plus l’herbe..

  3. Promouvoir les atouts de là région est une excellente initiative mais attention, le tout tourisme à ses limites. Il ne faut pas transformer nos montagnes en parc d’attractions aux dépens de l’agro pastoralisme et des amoureux d’une nature sauvage. Il n’y a pas encore si longtemps, sur Iraty les troupeaux de moutons passaient sur le plateau, il n’était pas rare de surprendre une biche ou un cerf au détour d’un virage, voir des truites dans les ruisseaux. Maintenant, c’est des campings cars stationnés partout, des gens qui mangent sur le moindre dégagement et des gosses qui barbottent et font des barrages dans les ruisseaux…..Ne parlons pas des panneaux publicitaires et autres.
    Où est donc passée la beauté sauvage de nos montagnes? Nos bergers seront ils transformés en curiosité à voir aux dépens d’une minorité mercantile?
    ATTENTION À NE PAS TUER LA POULE AUX OEUFS D OR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*